L'abbaye de l'Estuaire de la Loire

Abbaye de Blanche Couronne

MENU

Lundi 3 février 2020, la commune de La Chapelle  Launay a cédé, pour l'euro symbolique, l'Abbaye de Blanche Couronne au Département. Ce monument  va être intégré au Grand patrimoine de Loire-Atlantique et rejoindre les châteaux de Châteaubriant et de Clisson, la Garenne Lemot, le Musée Dobré, les Folies Siffait et l’église du vieux bourg de St Sulpice des Landes. Avant d'y recevoir du public, il reste beaucoup de travail : terminer la restauration des bâtiments (prévue en 2025), aménager les abords par des acquisitions foncières, prévoir un accès par le côté est et aménager les espaces intérieurs en tenant compte du projet d'utilisation qui sera retenu. Beaucoup de travail et de patience, mais quelle joie pour les Compagnons de Blanche Couronne de voir le résultat de plus de 40 années de travail récompensées et une Abbaye à nouveau rayonnante sur le territoire estuarien !

L'Abbaye de Blanche Couronne
est intégrée au Grand patrimoine
du département de
Loire Atlantique

Nous sommes désolés car nous ne pouvons plus  vous accueillir pour la visite de l'Abbaye de Blanche Couronne. D'importants travaux pour la restauration ont commencés en février 2019.

En cliquant sur les encadrés ou les écritures en bleu, vous accédez à un complément d'information

900 ans d'histoire

Fondée vraisemblablement au deuxième quart du XIIe siècle, l'Abbaye de Blanche Couronne à La Chapelle-Launay (44) est le témoin rare, en Loire-Atlantique, d'un ensemble monastique, antérieur au XIXe siècle.

Abbaye classée Monument Historique depuis 1994

La restauration de la totalité du monument est programmée de 2019 à 2025. Elle concerne la remise en état des maçonneries, de la charpente, de la couverture, des ouvertures et des vitraux de l'église abbatiale. Les peintures murales de l'abbatiale et de la salle des quatre saisons seront, elles aussi, restaurées.

Organisation des travaux

DIAPORAMA DES TRAVAUX

Les travaux de restauration sont lancés

La maitrise d'oeuvre est assurée par Pascal Prunet, architecte en chef des monuments historiques